Développement régional 2015-2020
Contrat de plan : 1,2 Md € pour le rebond économique de la Bretagne

Le contrat de plan 2015-2020 a été signé le 11 mai 2015 par l'État et la Région ! Il prévoit 1,2 milliard € pour développer la Bretagne autour de quatre grandes priorités partagées : mobilité routière et ferroviaire, recherche et innovation,transition écologique et énergétique, territoires et développement numérique.

chantier de la RN 164 à Saint-Méen lors de la signature du contrat de plan Etat-Région 2015-2020 (11 mai 2015)
Le chantier de la RN164 à Saint-Méen-le-Grand : une desserte Est-Ouest financée par le Contrat de plan Dreal Bretagne

C'est au terme de plusieurs mois de concertation que Patrick Strzoda, préfet de région, et Pierrick Massiot, président de la Région Bretagne ont signé le nouveau contrat de plan Etat-Région (CPER). Ce nouvel engagement mutuel vise à favoriser le rebond économique de la Bretagne. Il est assorti d'un budget de crédits publics de 1,2 milliard d'euros (594 M€ de l'Etat et 603 M€ de la Région), auquel s'ajouteront les crédits des collectivités associés aux projets et d'autres sources de financement comme les fonds européens.  En cohérence avec les orientations du « Pacte d’avenir », le CPER s'articule autour des quatre thématiques principales, dans lesquelles l'emploi s'inscrit comme une priorité transversale. Confirmant la volonté conjointe de la Région et de l'Etat, un protocole a été co-signé le 1er octobre 2016 par le Premier Ministre Manuel Valls et le président de la Région Jean-Yves Le Drian.

Les mobilités routière et ferroviaire (1 176, 8 M€)

Le volet mobilité multimodale se donne pour priorités de :

  • Fluidifier la porte d’entrée de la Bretagne, le nœud ferroviaire de Rennes et la gare de Rennes, structurante pour l’accès à l’ensemble de la Bretagne, préparer l’arrivée de la LGV en 2017.
  • Poursuivre l’amélioration du réseau structurant pour gagner du temps et de la capacité.
  • Diffuser la grande vitesse sur le territoire, via l’aménagement des Pôles d’Échanges Multimodaux (PEM).
  • Accompagner les projets ferroviaires liés à la desserte fine des territoires ; mieux desservir le Centre-Bretagne en achevant l’aménagement de la RN164 à 2x2 voies sur l’ensemble des sections, à l’exception de Mûr-de-Bretagne.
  • Poursuivre la modernisation du réseau routier national pour les points durs de sécurité et de congestion.


Projets routiers et portuaires  : une spécificité bretonne

L’enveloppe exceptionnelle consacrée à ce volet (la moitié des crédits du contrat) répond aux enjeux de mobilités de la région du fait de sa situation périphérique et péninsulaire. Conforme aux  engagements de l’État et de la Région dans le Pacte d’avenir notamment sur la RN164, cet effort massif fait de la collectivité l'une des plus investies financièrement dans les projets routiers.Les projets portuaires mobilisent aussi des crédits régionaux importants dans le cadre du développement de la filière des énergies marines renouvelables.

L'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation (294,3 M€)

Le volet pour développer « l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation » conforte la Bretagne dans son ambition d'investir dans la connaissance, pour une recherche qui dynamise le territoire sa capacité d’innovation : des leviers pour l’attractivité de notre région. Bâti autour des priorités des acteurs académiques et des grandes orientations de la « stratégie de spécialisation » (S3B) voulue par l'Union européenne et des différents documents stratégiques (SRDEII, SRESR), ce volet se décompose en 3 thématiques :

  • L'immobilier et la structuration de sites de recherches
  • Le financement d'équipements scientifiques pour la recherche
  • Le soutien à l'innovation.

40 projets de recherche financés

Les 40 projets de recherche financés par le CPER s'inscrivent chacun dans un des 7 domaines d'innovation  de la stratégie de spécialisation intelligente bretonne (S3B), complétés par 2 projets transversaux en e-science. Ils ont fait l'objet de larges concertations avec la communauté scientifique, notamment autour de l'Université Européenne de Bretagne.

La transition écologique et énergétique (245,5 M€)

Ce volet a arrêté les grandes orientations en faveur d'une transition globale du modèle économique et social de la Bretagne. Les actions retenues visent à susciter une mobilisation massive des acteurs locaux et une complémentarité avec les interventions possibles des autres partenaires, afin de démultiplier l'impact des financements de l’État, du Conseil régional et de l'Europe. Les grands axes d'intervention sont :

  • La transition écologique et climatique
  • L'économie des ressources
  • Les approches territoriales énergétiques et climatiques
  • La prévention des risques naturels
  • La biodiversité
  • L'eau
  • Le soutien aux démarches transversales de développement durable.

Les territoires

Le volet « territoires » est centré sur l'aide au développement des territoires de Bretagne, autour de six objectifs :

  • Répondre aux enjeux spécifiques de l’insularité et de l’aménagement littoral,
  • Anticiper et accompagner les mutations économiques des territoires,
  • Améliorer l’accès du public aux services,
  • Conforter les fonctions de centralité et l’attractivité des villes, petites et moyennes,
  • Soutenir les coopérations et les stratégies des métropoles de Brest et Rennes,
  • Accompagner la politique de la ville et les projets d’intérêt régional dans le cadre du PNRU.

Priorité aux usages du numérique (20,9 M€)

L’accessibilité de la Bretagne, c'est aussi l'accès aux réseaux à très haut débit : le projet régional  « Bretagne très haut débit » bénéficie déjà crédits considérables de l'Europe, de l’État et des collectivités, hors CPER. Pour accompagner cet aménagement numérique du territoire, le volet numérique du CPER 2015-2020 porte davantage sur le développement des usages, avec deux priorités :

  • Améliorer la gouvernance de l'écosystème numérique breton et développer les bons outils,
  • Favoriser la transmission des savoirs et la démocratisation de la culture.

Cap sur l'emploi  (20 M€)

En complément des crédits importants mobilisés par l'Etat et la Région en faveur de l'emploi, une enveloppe de 20 M€ doit permettre de financer des actions de soutien ou d'expérimentations innovantes susceptibles entraîner d'importants effets de levier.

Un point annuel sur l'avancement du contrat de plan

La méthode partenariale qui a prévalu pour élaborer ce contrat de plan sera poursuivie aussi pour évaluer sa réalisation.Un comité de suivi régional (regroupant les acteurs économiques, sociaux et environnementaux) se réunira au moins une fois par an pour faire le point sur l’avancement et l’atteinte des objectifs du contrat.