L'observatoire de l'économie maritime : une démarche initiée par les travaux du CESER

Proposer une vue globale et localisée des activités maritimes et mesurer leur place dans l’économie bretonne : c’est l’objectif de l’observatoire de l’économie maritime, initié par l’étude du CESER « L’économie maritime en Bretagne : changeons de regard ».

Dés 2014, le CESER attire l’attention sur l’intérêt collectif de mieux connaître le poids réel de l’économie maritime en Bretagne et sa capacité d’entraînement.Il émet des propositions, dont la mise en place d’un réseau d’observation de l’économie maritime.

Le Conseil régional de Bretagne se saisit de cette proposition. Il réunit un groupe de travail constitué des chambres de commerce et d’industrie et des agences d’urbanisme et de développement de Bretagne. Dans le prolongement des travaux du CESER, ce groupe travaille durant 18 mois pour structurer la démarche et proposer une première analyse, selon une double approche par domaines d’activités et par territoires : tous les établissements, dont au moins 25 % de leur activité dépend de la mer, sont comptabilisés, soit 7 160 établissements. Avec plus de 65 650 emplois directs (hors tourisme), l’économie maritime représente 5,1 % de l’emploi régional.

Quatre domaines regroupent plus de 80% des emplois :

  • Les activités de Défense nationale rassemblent 30% des emplois maritimes (20 000 emplois). Ce poids s’explique par la présence de la Marine nationale à Brest et Lorient.
  • L’exploitation des produits de la mer à des fins alimentaires est aussi un des piliers de cette économie (25% des emplois maritimes soit 16 570). Ces activités comprennent notamment la pêche et la culture marine, le mareyage et la transformation des produits de la mer (5 840 emplois).
  • Construction et réparation navale (17% - 11 430 emplois). L’industrie navale bretonne est marquée par l’importance de la construction navale militaire notamment à Brest et Lorient.
  • Le nautisme, lui-même structuré autour de quatre pôles (industries nautiques, commerces & services, ports de plaisance et activités nautiques) comptabilise dans sa globalité 2 136 établissements pour 6 250 emplois

 

Les autres secteurs représentent moins de 5% des emplois maritimes mais illustrent la diversité de ces activités et, pour certains, de nouvelles filières de développement : biocosmétique, numérique dédiés à la mer, énergies marines renouvelables...

L’emploi maritime breton se concentre dans 8 pays qui comptent chacun au moins 1 000 emplois maritimes : Brest, Lorient, Cornouaille, Saint Malo, Morlaix, Auray, Vannes et Saint-Brieuc. Quatre autres pays comptent plus de 250 emplois dont le pays de Rennes avec 650 emplois.